Chine

Chine

CHINE

Asie

Vaccination

Aucun vaccin n’est obligatoire, toutefois, la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-polimyélite est vivement recommandée.
Autres vaccinations conseillées (selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
Autres vaccinations : en cas de séjour en zone rurale, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

La Chine connaît une recrudescence du nombre de cas de rage. La plus grande prudence vis-à-vis des animaux errants est recommandée sur l’ensemble du territoire, villes incluses. La prévention repose, d’abord et avant tout sur l’absence de contact avec des animaux suspects, ensuite sur la vaccination préventive en cas de risque supposé d’exposition (professions à risques, enfants en bas âge, séjour en milieu rural ou éloigné des villes principales). En cas de morsure, il est impératif de consulter immédiatement un médecin.
La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire dans le cas d’un séjour préalable dans une zone d’endémie. Dans tous les cas demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales. Se protéger efficacement contre les moustiques, vecteurs du paludisme, parfois de virus comme la dengue ou l’encéphalite japonaise en utilisant des produits répulsifs adaptés aux pays tropicaux (applications répétées sur les vêtements et les parties du corps découvertes).

Pièces à fournir :
Téléchargez Instruction Photo
Téléchargez et signez les conditions générales
Fiche Complémentaire d’Informations

INFORMATION URGENTE A SAVOIR : A compter du 15 juillet 2019, les autorités chinoises rendront obligatoire la collecte d’empreinte digitale et faciale (prise d’empreinte et photo d’identité originale en couleur sur fond non blanc), pour tous les voyageurs soumettant une demande de visa pour la CHINE dans les pays de l’Espace Schengen.

Ces empreintes resteront valables 5 ans dans le centre des visas où vous les aurez déposées, pour un même passeport.

Seront exemptés de cette mesure : les enfants de moins de 14 ans et les personnes âgées de plus de 70 ans ; les personnes ayant déjà enregistré leurs empreintes (avec le même passeport) auprès du même Centre de Visa ou du même Consulat de Chine dans un délai de moins de 5 ans et les personnes dont les dix doigts sont endommagés ou dont aucune empreinte digitale ne peut être collectée.

Les voyageurs résidents en France devront ainsi se rendre physiquement au Centre de Visa de Chine de Paris.

Visa d’affaires

Le type de visa pour les voyageurs d’affaires est le visa dit “M” (Commerce and Trade). Pour obtenir celui-ci, il convient de produire une lettre d’invitation émise par le partenaire commercial chinois, et qui doit comporter un certain nombre d’informations obligatoires (précisées sur le site du “Chinese Visa Application Service Center”).
Il est en principe possible d’obtenir un visa “M” multiple entrées valable de 6 mois à 1 an, si le demandeur s’est rendu en Chine plus de deux fois au cours des deux dernières années écoulées .
La règlementation chinoise en matière de visas étant sujette à des changements (dernière en date au 1er janvier 2015), il est fortement conseillé de bien se renseigner auprès du prestataire chinois lors de la demande de visa.

Entrée / Séjour

Chine continentale

  • Le visa est obligatoire pour les ressortissants français séjournant ponctuellement (30 jours maximum pour un visa touristique) ou durablement en Chine continentale (pour Hong-Kong et Macao, voir ci-dessous).
  • Les ressortissants étrangers exerçant une activité professionnelle ou effectuant un stage doivent s’assurer qu’ils disposent du visa adéquat leur permettant d’exercer cette activité – ce qui n’est pas le cas du visa L (tourisme). La nouvelle loi sur les entrées et les sorties du territoire chinois, entrée en vigueur depuis le 1er juillet 2013 en Chine, prévoit des sanctions plus importantes à l’encontre d’étrangers entrant sur le territoire chinois, y résidant ou y travaillant illégalement. Tout étranger en situation irrégulière s’expose à être placé en rétention administrative pour une durée maximale de quinze jours, au paiement d’une amende pouvant aller jusqu’à 20 000 RMB et à une mesure d’expulsion du territoire chinois.
  • L’obligation de visa est levée dans les seuls cas suivants :

Les ressortissants de 45 pays, dont la France, peuvent bénéficier d’un transit de 72 h sans visa à Pékin (aéroport de la capitale) depuis le 1er janvier 2013 ; à Canton (aéroport Baiyun) depuis le 1er août 2013, à Chengdu (aéroport de Shuangliu) depuis le 1er septembre 2013, à Chongqing (aéroport Jiangbei) depuis le 30 décembre 2013, à Shenyang et Dalian (province du Liaoning, aéroports de Taoxian et Zhoushuizi) depuis le 1er janvier 2014, à Guilin (aéroport Liang Jiang) depuis le 28 juillet 2014, à Kunming (aéroport Changshui) depuis le 1er octobre 2014 et à Harbin (aéroport Taiping) depuis le 1er août 2015.
Cette facilité est réservée aux passagers en transit vers un pays tiers. Pour en bénéficier, les passagers doivent être en possession d’un billet confirmé pour un pays tiers et, s’il y a lieu, d’un visa pour ce pays. Ils doivent repartir de leur aéroport d’arrivée dans les 72 h à destination du pays tiers. Un aller-retour entre la France (ou tout autre pays) et Pékin, Shanghaï, Chengdu, Canton, Chongqing, Shenyang, Dalian, Guilin, Kunming, Hangzhou ou Harbin, même pour une durée inférieure à 72 h, est soumis à l’obligation de visa. Les voyageurs doivent solliciter ce transit auprès de leur compagnie aérienne et sont invités à vérifier auprès de cette dernière si l’itinéraire proposé est compatible avec un transit de 72h sans visa.

  • Les ressortissants français sont autorisés à se rendre sur l’île de Hainan sans visa, à condition de passer par une agence de voyages et de faire partie d’un groupe de cinq personnes au moins. Dans ce cas, la durée de leur séjour ne pourra excéder 15 jours, et ils ne devront pas quitter l’île de Hainan pendant ce séjour. Ils devront repartir de Hainan pour une destination étrangère ou pour Hong-Kong ou Macao.
  • Le passeport doit être valide au moins six mois après la date de sortie du territoire. Avant le départ, il convient de vérifier que la période de validité du visa, et le nombre d’entrées accordées par les autorités chinoises correspondent bien à la durée et aux modalités du séjour.
  • Les dépassements de la durée de séjour autorisée sont sanctionnés par des amendes d’un montant de 500 yuans par jour (environ 62€), avec un maximum de 10 000 yuans.
  • S’agissant des visas à double entrée valables 30 jours, bien vérifier les dates mentionnées sur la vignette : la date indiquée sous la mention “enter before” est la date limite avant laquelle doit être effectuée la deuxième entrée sur le territoire chinois (en cas de non-respect de cette date, la deuxième entrée n’est pas autorisée).
  • Il est rappelé aux ressortissants étrangers qu’ils sont tenus de présenter leur passeport muni d’un visa valide – ou à défaut une copie lisible – lors de tout contrôle.
  • Les étrangers sont tenus de s’enregistrer dans les 24 heures suivant leur arrivée au bureau de la police de leur zone de résidence. Les hôtels se chargent de cette formalité pour leurs clients.
  • Les journalistes en déplacement professionnel en Chine voudront bien se reporter à la fiche figurant sur le site de l’Ambassade de France en Chine, qui précise les procédures à suivre pour demander un visa et introduire du matériel professionnel de reportage.
  • Les musiciens dont les modalités d’entrée en Chine des instruments et du matériel n’auraient pas été préalablement réglées par leur agent ou l’organisateur de leur concert peuvent contacter le Service culturel de

Ambassade de France à Pékin (Service artistique : Tél : (86-10)65321422 ; Fax : (86-10) 65 32 26 73)

qui leur précisera les règles applicables en matière de dédouanement (caution).

Rappel : le visa pour la Chine ne permet pas d’entrer directement au Tibet, dont l’accès fait l’objet d’une réglementation particulière (cf. supra, rubrique « Déplacements en Chine » dans l’onglet “Sécurité”).

  • Les ressortissants français qui désirent, au cours de leur voyage en Chine, se rendre à Hong Kong ou Macao, puis revenir en Chine continentale pour y prendre un avion de retour vers l’Europe, doivent obtenir un visa comportant au minimum deux entrées. A défaut d’un tel visa, ils devraient solliciter un nouveau visa de la part des autorités chinoises afin de regagner Pékin, Shanghaï ou Canton.
  • L’attention des ressortissants français désireux de solliciter des visas de tourisme pour la Chine continentale depuis Hong Kong, y compris à destination de la zone économique spéciale de Shenzhen, est attirée sur le fait qu’un délai minimal de 4 jours est à prévoir et que des justificatifs sont exigés pour leur obtention : billet de retour, réservation d’hôtel et assurance (document original), attestation d’hébergement pour les voyageurs prévoyant un hébergement chez des particuliers. Pour les visas d’affaires, l’original de la lettre d’invitation, comprenant l’itinéraire prévu, est également demandé.
  • Dans ces conditions, il est vivement recommandé aux voyageurs venant de France à Hong Kong pour se rendre ensuite en Chine continentale de demander un visa d’entrée en Chine avant leur départ, auprès de l’ambassade de Chine à Paris ou des consulats de Chine en France.

Hong Kong et Macao

  • Les ressortissants français n’ont pas besoin de visa pour accéder à Hong Kong et Macao. En revanche, si, à partir de Hong Kong ou de Macao, ils souhaitent se rendre en Chine continental, ils doivent être préalablement munis d’un visa pour la Chine, dont la demande devra donc avoir été effectuée avant leur départ de France. Depuis avril 2008, les autorités chinoises ont en effet renforcé les modalités d’application de la réglementation en matière de délivrance de visas pour la Chine continentale.
  • Lors de l’entrée sur le territoire de Hong Kong, le passeport français doit être valide pour une durée de 6 mois au moins à partir de la date d’arrivée.
    Contrôle des changes

Les étrangers doivent, à l’entrée en Chine, déclarer à la douane les devises étrangères qu’ils portent lorsque celles-ci sont équivalentes ou supérieures à 5.000$.

A la sortie de Chine, les étrangers doivent se conformer aux dispositions suivantes :

  • s’ils sont détenteurs de moins de 5.000$ et s’ils n’ont pas fait de déclaration à l’entrée, ils sont dispensés de toute formalité.
  • s’ils sont détenteurs d’une somme comprise entre 5.000$ et 10.000$, ils doivent demander un “permis de port” dans une banque en présentant leurs passeports et visas ; ce permis devra être vérifié par la douane.
  • s’ils sont détenteurs d’une somme supérieure à 10.000$, ils doivent :
  1. demander un permis de port dans une banque en présentant leurs passeports et visas ;
  2. soumettre ce permis de port, tamponné par la banque, au bureau pour le contrôle des devises étrangères dont relève ladite banque. Le bureau en question est chargé de vérifier l’authenticité, l’origine et l’utilisation des devises avant leur sortie.
  3. présenter le permis de port ainsi vérifié à la douane.

Pour toute information complémentaire, prendre l’attache de l’Ambassade de Chine à Paris.